Menu

Maria Selma Restaurant

Prévention optimale de la maladie à cytomégalovirus à CMV tardive et autres séquelles de l’infection à CMV chez les receveurs de transplantation d’organes

A l’éditeur-Legendre et al [1] abordent une question importante et d’actualité, à savoir la cytomégalovirose à CMV chez les receveurs de greffe recevant une prophylaxie antivirale. Un certain nombre de points dans leur rapport méritent cependant d’être clarifiés ou examinés de plus près. la signification clinique profonde de la maladie CMV tardive en notant que cette entité – au moins chez les transplantés rénaux – est un événement bénin [1] Une étude récente [2] a montré que la maladie à CMV se développait chez 29% des receveurs rénaux CMV négatifs. transplantés chez des donneurs CMV-positifs recevant une prophylaxie antivirale à long terme, CMVdisease comportait une maladie invasive tissulaire dans 51% de ces cas et était cliniquement attribuable au virus résistant au ganciclovir dans 16% des cas. 2] La MCV tardive était également prédictive indépendante de la mortalité au cours de la première année après la transplantation du foie [3]. Ainsi, la maladie à CMV à Le point de vue des auteurs est que l’allongement de la durée de la prophylaxie antivirale améliorera les résultats chez les transplantés [1] Des données favorables indiquent une prévalence de 7% de la maladie à CMV chez les transplantés rénaux ayant reçu une prophylaxie antivirale pendant 24 semaines, comparativement à une prévalence de 31% de la maladie à CMV chez les patients ayant reçu un traitement de 12 semaines [4] Il convient toutefois de noter que l’incidence de la maladie à CMV dans le premier groupe est toujours En ce qui concerne la prophylaxie antivirale à long terme, l’argument des auteurs concernant l’association de la virémie CMV avec la maladie à CMV et la survie du greffon est valable Cependant, la virémie subclinique, si avortement rapide, et la réplication virale qui ne peut progresser vers une virémie CMV prolongée ou soutenue ne sont pas associées à des résultats sous-optimaux [7] w que c’est une virémie CMV persistante ou soutenue qui contribue à la maladie CMV ou au dysfonctionnement de l’allogreffe [8-10] En effet, le traitement préemptif de la réplication virale contrôlée avec un agent antiviral puissant s’est révélé être une approche efficace pour prévenir la maladie à CMV, même chez les transplantés à haut risque [6, 11, 12] Enfin, le fait que le ganciclovir soit un agent antiprolifératif susceptible d’altérer les réponses spécifiques du virus ne peut être écarté. Le ganciclovir diminue la prolifération des lymphocytes T de 50%, similaire à la réduction observée avec la cyclosporine [13] La maturation tardive des IgG spécifiques du CMV est corrélée avec une virémie prolongée et la réception de la séroconversion IgG retardée par le ganciclovir [14] En effet, la maladie CMV est survenue peu de temps après l’arrêt du ganciclovir sur 5 ans. le risque de maladie à CMV persistante persiste même après une prophylaxie antivirale prolongée et aussi longtemps que les défenses de l’hôte du virus du CMV spécifiques ou encore à définir restent uboptimal [15] Ainsi, simplement prolonger la durée de la prophylaxie antivirale pour obtenir des résultats optimaux liés au CMV doit prendre en compte les interactions complexes hôte-virus pendant la prophylaxie antivirale. Nous sommes d’accord que l’étude IMPACT améliore la protection contre le CMV dans les transplantations. un traitement de 100 jours par prophylaxie au valganciclovir avec un régime de 200 jours chez un groupe de transplantés rénaux est une étape importante pour discerner l’effet de la durée de la prophylaxie sur le résultat [1] cognitif. Cependant, cette étude ne traitera pas si la thérapie préventive une approche relativement efficace pour optimiser les résultats liés au CMV chez les receveurs de greffe

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels NS: pas de conflits

Maria Selma Restaurant, LLC – 1617 Richmond Ave, Houston Tx 77006
Website Developed by: E-nnovations Technologies and Marketing LLC