Menu

Maria Selma Restaurant

Rite de passage

Les patients ont des droits mais ont-ils aussi des responsabilités? La Charte des Citoyens de John Major de 1991 a établi pour la première fois au Royaume-Uni le droit de “ les consommateurs ” des soins de santé à un certain niveau de service. C’était une initiative importante, mais l’équilibre était mauvais. Il ne fait aucune mention des responsabilités des patients. Pourquoi les responsabilités sont-elles importantes? Parce que le patient est au cœur des soins de santé. Luisa Dillner, qui a mis en place le site Web des meilleurs traitements du BMJ pour les patients, a toujours (je pense à juste titre) contesté l’analogie des compagnies aériennes de Liam Donaldson pour la sécurité des patients. Les patients ne devraient pas être considérés simplement comme des passagers, entièrement dépendants de leur sécurité pour les autres. Ils peuvent influencer activement le résultat des soins, à la fois pour le bien et le mal. L’appel de Tony Blair la semaine dernière pour que la nation prenne plus de responsabilité pour sa propre santé indique un changement dans la pensée du gouvernement, motivée en partie par le coût croissant des modes de vie malsains. Lors d’une réunion le mois dernier au Nuffield Trust, des éthiciens et d’autres se sont réunis pour discuter des soins de santé et de l’intérêt public antifongique. Les animateurs, Iona Heath, Stephen Pattison et Martyn Evans, nous ont demandé d’examiner comment la liberté individuelle et les responsabilités individuelles pourraient être combinées pour créer la justice dans un service de santé financé par l’État. Nous avons examiné des exemples où les intérêts publics et individuels s’affrontent: immunisation, dépistage, partage de données et même participation à la recherche.Martyn Evans a déjà soutenu que si vous souhaitez bénéficier de traitements testés sur des patients antérieurs, vous avez la responsabilité de prendre part à recherche clinique future (Journal of Medical Ethics

2004; 30: 198. [PubMed]) Dans le BMJ de cette semaine, Jenny Hewison et Andy Haines adoptent une vision moins extrême (p. 300). Ils critiquent la préférence actuelle des comités d’éthique de la recherche pour les patients qui doivent y participer avant d’être invités à participer à la recherche. “ Les procédures de recrutement font partie de la science et non d’une adjonction administrative. Ainsi, si les patients et le public souhaitent que certaines recherches soient menées, les procédures de recrutement doivent viser à réduire les préjugés et à améliorer le recrutement autant que possible. ” Mais les patients devraient-ils être obligés de participer? Et qu’en est-il des programmes de prévention? Des voix fortes lors de la réunion ont fait valoir que celles-ci devraient toujours rester volontaires. La réunion visait à passer du débat académique (et parfois du désespoir au manque d’engagement du public dans la politique de santé) à l’action. Une idée concrète était que l’on puisse demander aux gens de rejoindre activement le service de santé en tant que patients, avec un rite de passage à 16 ans et un contrat. Les écoles le font après tout, demandant aux parents de se conformer aux règles de l’école et de lire avec leurs plus jeunes enfants tous les soirs. Qu’est-ce qu’un tel contrat pourrait inclure? Peut-être au moins un engagement à prendre soin de votre santé et à comprendre les valeurs communautaires d’un service de santé publique. Certaines pratiques générales et les services hospitaliers peuvent déjà avoir quelque chose comme ça en place. Si oui, nous aimerions avoir de vos nouvelles.

Maria Selma Restaurant, LLC – 1617 Richmond Ave, Houston Tx 77006
Website Developed by: E-nnovations Technologies and Marketing LLC